Recherche d'ebooks...

Liste des livres et Ebooks trouvés
Nous avons trouvé un total de 38 livres trouvés pour votre recherche. Téléchargez les ebooks et profitez-en !
La Résistance et les Français

La Résistance et les Français

Auteure: Christian Bougeard ,

Nombre de pages: 380

Si l'histoire du régime de Vichy, de la collaboration, de la répression a beaucoup progressé ces dernières années, celle de la Résistance a connu une certaine stagnation. C'est pourquoi, à l'occasion du cinquantième anniversaire de la Libération, des historiens travaillant sur cette période ont souhaité faire le point. Ce livre est le résultat d'une rencontre internationale qui s'est tenue en septembre 1994 à l'université Rennes 2. Les articles ici rassemblés s'interrogent sur les relations particulières que les Français entretiennent avec la Résistance et réciproquement. Sont ainsi étudiées de plus près les relations avec le monde paysan et l'attitude des catholiques. Mais la Seconde Guerre mondiale en France concerne aussi les Alliés, leurs liens avec les Résistants et nécessairement avec la population qui subit les conséquences : tentatives de débarquement, parachutages de matériel et d'hommes, combats sur son territoire. Les relations entre les Français et la Résistance ne s'arrêtent pas à la Libération ; elles se poursuivent parfois difficilement à travers l'épuration, mais aussi à travers le combat politique. Au-delà, plus près de nous,...

Images des comportements sous l'Occupation

Images des comportements sous l'Occupation

Auteure: Jacqueline Sainclivier ,

Nombre de pages: 258

L'analyse des comportements collectifs en France entre 1940 et 1944 pose des problèmes de méthode et d'interprétation. Leur exposition a fait l'objet d'un premier ouvrage paru en 2015 aux Presses universitaires de Rennes, sous la direction de Pierre Laborie et François Marcot. Ces problèmes se posent de façon encore plus aiguë à propos des représentations de ces comportements depuis la fin de la guerre. C'est l'objet du présent livre. Il analyse de façon critique les reconstructions mémorielles qui tiennent lieu de grilles de lecture des comportements des Français sous l'occupation allemande. Sa première partie aborde de front les représentations dominantes et revisite celles des principaux producteurs de mémoire – de Gaulle, le parti communiste – souvent présentés comme les responsables du mythe du « peuple résistant ». Elle réexamine les représentations d'acteurs collectifs spécifiques aux années noires : l'occupant lui-même, les femmes résistantes, les déportés. Elle décentre enfin notre regard en s'attachant aux mémoires régionales, négligées bien que toujours prégnantes, et par une comparaison avec la Belgique voisine. La deuxième...

Les affrontements

Les affrontements

Auteure: Frédérique Pitou ,

Nombre de pages: 268

Quelles que soient les nombreuses interprétations du meurtre d’Abel par Caïn, cet épisode, qui survient dès les premières pages du récit biblique, témoigne de la victoire de la violence dans ce qui peut être considéré comme l’affrontement originel. Parce que les hommes sont différents, l’affrontement fait partie de l’histoire des sociétés humaines. Lors de deux journées d’étude, tenues en 2005 et 2006 à Rennes et au Mans, un certain nombre d’historiens, dont les champs de recherche vont du xvie siècle au xxe siècle, de l’histoire politique à l’histoire sociale, religieuse ou culturelle ont accepté de revisiter un certain nombre d’événements qui leur sont familiers à la lumière de cette idée que l’affrontement de forces antagonistes est à l’origine de toute évolution historique. Cet ouvrage est le recueil de leurs contributions. Plutôt que de juxtaposer les récits de conflits, il envisage deux thèmes transversaux : celui des rituels qui accompagnent les types d’affrontement dès lors que ceux-ci se reproduisent (rituel de séduction, rituel de violence, rituel judiciaire, rituel de conversion, rituels identitaires, rituels de...

Le moment PRL

Le moment PRL

Auteure: Christine Manigand ,

Nombre de pages: 202

La brève histoire du Parti républicain de la liberté (PRL) demeure une histoire largement méconnue. Couvrant la période allant de l’hiver 1945-1946 à l’échéance décisive des élections législatives de 1951, c’est-à-dire les années correspondant en gros à la reconstruction du système des forces politiques organisées au lendemain des ruptures de 1939-1945, elle n’en constitue pas moins un moment important et particulièrement révélateur de l’histoire des droites dites parlementaires. Les fondateurs du PRL étaient animés par une vaste ambition, celle de doter la France d’une organisation fortement structurée, destinée à regrouper l’ensemble des forces situées à droite et au centre droit de l’échiquier politique. Cette formation se fixe comme objectif de se hisser au niveau d’un « quatrième parti », capable de faire pièce aux trois grands du tripartisme (PCF, SFIO, MRP) dominant la scène électorale et parlementaire depuis 1945. En dépit des espoirs suscités et d’un certain nombre de succès ponctuels, la tentative a débouché sur un échec, l’absorption, en 1951, par le Centre national des indépendants et paysans (CNIP) apposant ...

L’Union démocratique bretonne

L’Union démocratique bretonne

Auteure: Tudi Kernalegenn ,

Nombre de pages: 271

Le 4 janvier 1964, à Rennes, seize jeunes gens créaient l’Union démocratique bretonne (UDB), un parti autonomiste breton explicitement ancré à gauche. Cinquante ans plus tard, ce parti fait plus que jamais partie du paysage politique breton, dont il est désormais un des plus anciens acteurs. L’ouvrage dirigé par Tudi Kernalegenn et Romain Pasquier se propose de poser les bases d’un savoir académique sur ce demi-siècle d’existence d’une organisation dont les idées et les actions ont durablement marqué la société bretonne, bien que le succès électoral n’ait pas toujours été au rendez-vous. « Petit parti », l’UDB n’en a pas moins été au cœur des mobilisations de la Bretagne contemporaine sur les questions de développement économique, de défense des langues régionales, de l’environnement ou de la décentralisation. À travers une approche pluridisciplinaire et comparative, le livre entend renouveler l’analyse du régionalisme en montrant les relations complexes entre identité, mouvement culturel et action politique. L’histoire de l’UDB illustre en effet tout à la fois les obstacles à la politisation des identités territoriales en...

Histoire de l'UDF

Histoire de l'UDF

Auteure: Gilles Richard ,

Nombre de pages: 200

Fondée le 1er février 1978, l'Union pour la démocratie française a été pendant trente ans l'un des grands partis politiques français. Bien que la création de l'UMP en 2002 puis celle du MoDem en 2007 aient finalement scellé son sort, l'UDF a joué un rôle de tout premier plan dans la vie politique nationale. Structurée de façon originale par rapport à ses concurrents, elle rassembla quelques-unes des plus anciennes familles politiques (libéraux, radicaux, démocrates-chrétiens), ce qui fit sa complexité. Par ses élus, l'UDF a dirigé des milliers de communes, des dizaines de départements et de régions. Elle a participé pendant près de 20 ans au gouvernement de la France. À travers son fondateur, elle a même contrôlé la présidence de la République de 1978 à 1981. Aucune histoire globale de l'UDF n'existait encore à ce jour. Les chercheurs et les acteurs-témoins de ce livre, issu d'un colloque tenu en novembre 2011, ont voulu combler cette lacune.

La Contre-Révolution en Europe

La Contre-Révolution en Europe

Auteure: Jean-Clément Martin ,

Nombre de pages: 318

La Contre-Révolution possède une existence historiographique paradoxale. Si elle est citée comme une menace constante et une force dangereuse, elle n'est présentée que sous une forme fragmentée, assemblant pêle-mêle les nobles de l'émigration, les penseurs militants, avec les ruraux de l'Ouest ou du Midi, les Viva Maria italiens et les paysans belges, à qui sont adjoints les pays européens entrés en guerre – l'Angleterre de Pitt en tête. Omniprésente dans l'ombre mais souvent absente du discours historique, la Contre-Révolution reste mal connue. Depuis une vingtaine d'années, l'histoire scientifique reprend cette question à nouveaux frais. C'est l'objet de ces pages que de proposer, modestement, à la fois un premier bilan des travaux récents et des pistes de recherches. Sans postuler l'existence d'une quelconque unité de la Contre-Révolution, cette rencontre entre des historiens européens brosse le tableau de cette réalité politique et sociale complexe, et montre la Contre-Révolution à la fois puissante et faible, essentielle et marginale. Elle met en valeur l'hétérogénéité des chronologies qui existent dans les différents pays, ceci expliquant la ...

La bénédiction de Prométhée

La bénédiction de Prométhée

Auteure: Michel Lagrée ,

Nombre de pages: 440

Aujourd'hui où le pape bénit l'informatique, on imagine difficilement le débat passionné qui opposa les catholiques partisans du progrès et ceux qui annoncèrent que l'invasion des machines allait déshumaniser l'homme. Claudel se fit le chantre des techniques modernes, qui n'étaient ni plus ni moins à ses yeux que l'instrument de la Providence, tandis que d'autres déplorèrent qu'il n'y eût plus de miracle que techniques et scientifiques : "C'est en vain que nous nous écartons des plans de la nature... La nature reprend ses droits et nous ramène à ses lois par les désordres qu'entraîne leur infraction." La confrontation fut souvent virulente, car l'irruption de la technique bouleversait la vie quotidienne mais aussi l'idée même de sacré et le vécu religieux. Tout au long de la révolution industrielle, chaque innovation posa de nouvelles questions : était-il licite, dans les églises, de remplacer la lumière des bougies par l'éclairage au gaz ? Les curés pouvaient-ils se servir de micros ? Pouvait-on prendre le train pour faire un pèlerinage ? Les fidèles s'adaptèrent peu à peu, encouragés par un clergé qui multipliait les bénédictions surtout Pie...

L’Ouest et le politique

L’Ouest et le politique

Auteure: Jacqueline Sainclivier ,

Nombre de pages: 289

Michel Denis compte parmi les personnalités qui ont fortement marqué l’histoire universitaire de Rennes et de l’Ouest armoricain en général. C’est d’abord vrai pour son propre parcours biographique – de l’étudiant des années cinquante, à la faculté des lettres, au professeur à l’institut d’études politiques de Rennes –, c’est vrai aussi pour son apport scientifique : Michel Denis est l’incomparable historien du monde conservateur de l’Ouest, aristocratique et clérical. Approfondissant et dépassant singulièrement les intuitions d’André Siegfried, il est l’un des premiers à avoir mis en lumière le processus dialectique de modernisation contrôlée par des élites conservatrices, également observable en d’autres régions d’Europe. L’action de Michel Denis ne s’est pas arrêtée à l’enseignement et à la recherche. Héritier des Rennais de 1789, passionnés pour la cité et la liberté, dont il a retracé récemment l’histoire, il a marqué de son sceau la présidence de l’université Rennes 2 et déployé son énergie au service du développement des institutions régionales. Une vingtaine de collègues et amis rendent ici...

A la gauche du Christ. Les chrétiens de gauche en

A la gauche du Christ. Les chrétiens de gauche en

Auteure: Jean-Louis Schlegel ,

Nombre de pages: 624

« Cathos de gauche » : l’expression s’est imposée dans la seconde moitié du XXe siècle pour désigner un monde de militants et de « clercs », d’organes de presse et de mouvements, laïques ou religieux, dont la contribution politique, sociale, culturelle et intellectuelle à l’histoire de la France de l’après-guerre apparaît souvent oubliée. Cet ouvrage retrace pour la première fois l’aventure des « chrétiens de gauche », comme on devrait appeler plus justement les catholiques et les protestants de cette mouvance. Contre une Église catholique jusque-là massivement portée à droite et une Église protestante embourgeoisée, ils voulaient, au nom de leur foi, s’engager dans la Cité et peser sur la politique tout en changeant le visage de leurs Églises. Décolonisation, syndicalisme, autogestion, féminisme, tiers-mondisme... : ils ont été de toutes les luttes, et souvent même à l’avant-garde de la contestation. Beaucoup engagèrent un dialogue exigeant avec la tradition marxiste. Après le concile Vatican II et Mai 68, certains furent même tentés par la révolution dans la société et dans leurs Églises. Leur contribution à la rénovation...

Histoire secrète du patronat de 1945 à nos jours

Histoire secrète du patronat de 1945 à nos jours

Auteure: Frédéric CHARPIER , Martine ORANGE , Erwan SEZNEC ,

Nombre de pages: 889

Rôle des anciens cadres de Vichy dans la Reconstruction, liens du patronat avec la pègre, financement secret des partis, dessous du paritarisme, caisses noires des syndicats patronaux, légende dorée des entrepreneurs-conquérants etc... . Un demi-siècle de capitalisme français raconté par cinq grands journalistes d'investigation. Ce grand succès de librairie est revu, mis à jour et augmenté à l'occasion de la diffusion sur Arte du documentaire qu'il a inspiré. Des Trente Glorieuses au capitalisme mondialisé d'aujourd'hui, en passant par le choc pétrolier de 1973, les nationalisations de 1981 et les privatisations de 1986 : derrière ces étapes bien connues de l'histoire récente de l'économie française, s'en cache une autre, plus secrète. Celle des hommes qui ont réellement fait le capitalisme français de l'après-guerre. C'est cette histoire que raconte ce livre : le rôle des anciens cadres de Vichy dans la Reconstruction, les liens du patronat avec le monde de la pègre, le financement secret des partis politiques, les dessous du paritarisme, les caisses noires des syndicats patronaux... Il plonge le lecteur dans les arcanes d'un véritable " système " né...

Le genre face aux mutations

Le genre face aux mutations

Auteure: Jacqueline Sainclivier ,

Nombre de pages: 420

Dans le prolongement de l'histoire des femmes, les études sur le genre conduisent à étendre les analyses sur l'ensemble des domaines qui participent à la construction de la différence des sexes : histoire du féminin et du masculin, histoire de la mixité et des rapports sociaux de sexe, histoire des pratiques et des imaginaires sociaux. Cet ouvrage réunit des travaux d'historiens, de sociologues, de littéraires qui analysent les variations des relations homme/femme sur une période de dix siècles. Ils sont regroupés selon cinq thèmes majeurs : l'ajustement des représentations et l'invention des normes, les savoirs, pouvoirs et révolutions, les guerres, les situations inédites. Ces questions sont traitées dans un cadre comparatiste particulièrement fécond, entre les périodes historiques et à l'intérieur du monde occidental. En posant pour problématique : le genre face aux mutations, la différence entre les sexes se vérifie comme une construction sociale en perpétuel renouvellement, sensible à tout changement économique, politique, culturel. Le colloque international, organisé par l'UMR-CNRS 6040 CRHISCO (Centre de recherche historique sur les sociétés...

Jean Moulin, ou, La fabrique d'un héros

Jean Moulin, ou, La fabrique d'un héros

Auteure: Michel Fratissier ,

Nombre de pages: 755

Les 18 et 19 décembre 1964, les cendres de Jean Moulin sont transférées au Panthéon. De cette cérémonie grandiose, présidée par de Gaulle, reste la voix grave et émue d'André Malraux prononçant un éloge funèbre magnifique : " ...Entre ici Jean Moulin avec ton terrible cortège... Aujourd'hui jeunesse, puisses-tu penser à cet homme comme tu aurais approché tes mains de sa pauvre face informe du dernier jour, de ses lèvres qui n'avaient pas parlé ; ce jour-là, elle était le visage de la France. " Ainsi, André Malraux intronise Jean Moulin comme héros éponyme de la Résistance. La République avait choisi. Pourtant les martyrs ne manquaient pas. Elle eût pu imposer les noms de Charles Delestraint, Jean Cavaillès, Jacques Bingen, Berthie Albrecht, Pierre Brossolette, tous morts héroïquement. Mais elle trancha en faveur de Jean Moulin. Pour saisir le long cheminement de cette idée jusqu'à son aboutissement, il faut s'approcher au plus près de ceux qui, dès 1945, oeuvrent pour que le nom de Jean Moulin soit toujours murmuré et demeure à jamais vivant. Pourtant, son intronisation en héros de la République ne sacralise pas Jean Moulin. Après 1964, un...

Violence des échanges en milieu parlementaire

Violence des échanges en milieu parlementaire

Auteure: OLIVIER ROZENBERG ET PIERRE-YVES BAUDOT ,

Nombre de pages: 194

Parce qu'elles organisent la parole et la représentation du pluralisme, les assemblées sont des lieux d'ordre. Pourtant, du chahut dans l'hémicycle aux échanges d'insultes et parfois de coups, l'ordre parlementaire est souvent troublé. Les exemples récents (à la Rada Suprême d'Ukraine ou au Congrès américain lors de la réforme de la politique de santé) montrent que la violence n'appartient pas qu'au passé. Quel rapport les assemblées parlementaires entretiennent-elles avec le processus de pacification des mœurs politiques.

La France des camps

La France des camps

Auteure: Denis Peschanski ,

Nombre de pages: 560

Entre le décret du 12 novembre 1938, qui permit d'interner les «indésirables étrangers» dans des centres spécialisés, et la libération du dernier interné en 1946, six cent mille hommes, femmes et enfants ont été enfermés dans les camps français. Denis Peschanski fait ici l'histoire d'un phénomène à la fois durable et massif, que de rares ouvrages pionniers n'avaient abordé que partiellement. La France des camps, à partir d'une cartographie précise, dessine la géographie inattendue d'un archipel. Deux cents camps, avec leurs bâtiments, leurs aménagements, une administration, des ministères de tutelle aux gardiens, des rapports socio-économiques avec leur région, une société internée, des solidarités, une entraide officielle et non officielle, dont la description concrète est permise par des archives abondantes, auquxquelles s'ajoutent les témoignages poignants des internés eux-mêmes. Un épisode crucial de l'histoire de la France en guerre est là retracé, face aux simplifications des reconstructions mémorielles dans sa diversité, sa complexité : son exacte réalité.

L’Ouest dans les années 68

L’Ouest dans les années 68

Auteure: Christian Bougeard ,

Nombre de pages: 270

Les années 68, largement étudiées au niveau national comme au niveau de nombreuses régions, n’avaient pas encore été abordées du point de vue de l’Ouest français, espace fortement marqué par les stéréotypes, le renvoyant trop souvent à la marge des évolutions qui caractérisèrent ces années de contestation. L’ouvrage présent ambitionne non seulement de réactualiser ces représentations datées, mais aussi de tracer de nouvelles pistes d’interprétation en abordant de nouveaux objets et de nouveaux acteurs. Entré précocement dans la contestation, marqueur de la période qui s’organise autour de l’évènement mai-juin 1968, l’Ouest français acquiert ici nombre de caractéristiques soulignant l’ampleur de sa mutation politique, sociale et culturelle. L’élan contestataire massif, aux multiples expressions, a fortement irrigué les sociétés rurales comme urbaines de l’Ouest et a permis l’émergence ou l’affirmation d’identités plurielles, parfois antagoniques. Ainsi la résurgence d’une aspiration régionaliste, aux manifestations très diverses, apparaît comme une des spécificités de la période, tout comme la remise en cause des...

Comment sortir de la guerre ?

Comment sortir de la guerre ?

Auteure: Stéphane Tison ,

Nombre de pages: 424

Comment une société sort-elle de la guerre ? L’étude des mouvements commémoratifs mis en place après chaque conflit donne une idée des représentations des contemporains sur la guerre, du lien existant entre travail de deuil et travail de la mémoire. L’attitude des populations de la Marne et de la Sarthe est ici comparée, leur situation par rapport au combat (champ de bataille ; arrière) s’inversant en 1870-1871 et 1914-1918. À travers les formes commémoratives les plus diverses, les rites, les discours, de la sphère privée au corps civique, leur sortie de guerre s’effectue à des rythmes différents. L’investissement mémoriel varie dans le temps et dans l’espace. À quoi servent ces commémorations ? Elles jouent un rôle essentiel dans une économie de la violence qu’elles contribuent à canaliser après les combats. Elles entretiennent aussi la possibilité d’user de violence en vue de défendre la nation. Si l’expression du traumatisme se réduit au fil du temps, il n’est pas certain que le discours officiel ait facilité le travail de deuil. La mort des soldats s’inscrit en effet dans deux modes d’explication successifs : l’un guerrier...

Faire l’histoire de la Résistance

Faire l’histoire de la Résistance

Auteure: Laurent Douzou ,

Nombre de pages: 344

Dès la Libération, « faire l’histoire de la Résistance » a été perçu comme une tâche posant des problèmes spécifiques aux historiens. On ne peut comprendre les vicissitudes d’une historiographie à la fois riche et complexe sans prendre en compte les moyens mis en œuvre pour faire face à ce défi, et notamment les travaux du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, qui pilota jusqu’en 1980 la plupart des travaux menés sur la Résistance. Pionnier par le recours aux enquêtes orales, unique par l’utilisation d’un réseau de correspondants régionaux, anciens résistants pour beaucoup, ce Comité est le signe le plus visible d’un phénomène plus général : l’implication des résistants et de leurs associations dans l’historiographie de la Résistance. Celle-ci a donc été dès l’origine au cœur de questions aujourd’hui ressassées : la relation conflictuelle entre histoire savante et mémoire individuelle et collective, la possibilité même d’une histoire du temps présent, les risques d’une histoire officielle – sachant que le Comité n’en était pas moins animé et piloté par des historiens professionnels, et non des...

Le temps des lettres

Le temps des lettres

Auteure: Michèle Touret , Francine Dugast-Portes ,

Nombre de pages: 338

La question du « temps des lettres », de la périodisation en histoire littéraire, se pose particulièrement en ce qui concerne l'époque contemporaine. En lançant la réflexion sur ce thème, la Société d'étude de la littérature du XXe siècle (SELF XX) a suscité toute une série d'exposés très neufs, qui traitent des diverses modalités possibles de périodisation – relation à l'historiographie générale, place accordée aux guerres, choix de bornes et/ou de pôles, élaboration de critères d'homogénéité, durée des périodes envisagées, etc. Des exemples précis, choisis au fil du siècle et jusque dans l'immédiate contemporanéité, permettent de croiser des approches multiples, et fournissent aux enseignants comme aux étudiants des éléments de construction de grande qualité.

Les territoires du communisme

Les territoires du communisme

Auteure: Emmanuel Bellanger , Julian Mischi ,

Nombre de pages: 304

« Communisme municipal », « banlieue rouge », « bastions ouvriers » : l’influence du Parti communiste français est associée à des représentations territoriales typées. Quelle est la réalité de cette implantation ? Quelles évolutions a-t-elle connues des années 1920 à nos jours ? Existe-t-il une spécificité de la gestion communiste locale ? Quatorze auteurs réunis dans cet ouvrage analysent avec nuance l’empreinte du communisme sur les territoires qu’il a administrés. Leurs enquêtes restituent toute la diversité de la sociabilité militante du PCF. Elles décrivent comment les communistes luttent pour la conquête du pouvoir local et comment ils s’efforcent de maintenir leur influence. Elles éclairent aussi les tensions et les compromis qui animent l’appareil, ses élus, ses militants et ses organisations affiliées. Dirigé par un historien et un sociologue, cet ouvrage dresse également un bilan des recherches sur le communisme en France dans une perspective interdisciplinaire qui met en relief le dynamisme des études locales sur les comportements politiques et leur environnement institutionnel et social.

La bataille de l'enfance

La bataille de l'enfance

Auteure: Sarah Fishman ,

Nombre de pages: 328

La bataille de l’enfance fait le lien entre deux grands domaines de la recherche historique : crime et délinquance, guerre et changement social. Grâce à une recherche qui s’appuie sur un large dépouillement d’archives, Sarah Fishman révèle l’impact du régime de Vichy sur un des groupes les plus silencieux de l’histoire : les enfants. Elle étudie la façon dont les enfants français ont traversé la guerre et l’occupation allemande. Elle montre que ce sont les restrictions économiques plus que la dislocation des familles qui ont accru la criminalité juvénile. Les circonstances des temps de guerre ont conduit les autorités à considérer les délinquants mineurs comme des victimes : c’est cela qui a permis aux réformistes, aux psychiatres, aux travailleurs sociaux et aux juristes de modifier le système français, en le tirant d’une justice juvénile punitive vers un système à visée éducative. La légistation du régime de Vichy a, ce faisant, fondé le système moderne de justice juvénile en France, qui incarcère rarement les jeunes délinquants. En s’intéressant au rôle que la guerre et le régime autoritaire de Vichy ont joué dans la...

Les courants historiques en France

Les courants historiques en France

Auteure: François Dosse , Patrick Garcia , Christian Delacroix ,

Nombre de pages: 408

2e édition L'opération historique ne peut plus être naïve. Depuis un certain nombre d'années, l'histoire fait retour sur elle-même pour interroger les notions en usage, ce qui implique de la part de l'auteur comme du lecteur d'histoire de s'interroger sur ce que faire de l'histoire veut dire. De plus en plus, on ressent la nécessité du détour historiographique afin de mieux s'approprier ce qui constitue l'originalité, la singularité de la pratique historienne. On comprend alors l'irréductible pluralité de l'histoire en faisant passer Clio de l'autre côté du miroir dans une approche essentiellement réflexive. L'objet de cet ouvrage est donc d'inviter son lecteur à un parcours qui le conduit à s'interroger sur la place centrale attribuée à l'histoire depuis la discontinuité majeure que symbolise la Révolution française de 1789 jusqu'à nos jours. Ce parcours s'étend sur deux siècles, le 19e et le 20e siècle, et fait apparaître l'histoire comme se situant à la croisée des trois dimensions : elle est le produit, d'une part, d'un lieu social marqué par l'institution historique et plus largement par sa relation au corps social ; d'autre part, l'histoire est ...

Le genre de la Résistance

Le genre de la Résistance

Auteure: Catherine Lacour-Astol ,

Nombre de pages: 392

"La Résistance se développe sur un terreau fortement imprégné par la différence des rôles sociaux entre les sexes. Si elle entraîne quelques femmes dans une vie dhomme, la plupart agissent au coeur du foyer, dans la continuité des rôles traditionnels. Quand bien même elles acceptent le sacrifice à légal des hommes, les résistantes ne sont pas des combattants de lombre comme les autres. Parce que lhistoire de la Résistance a longtemps été écrite au masculin, sa version féminine demeure méconnue. Que signifi e résister au féminin ? Quel sens les résistantes ont-elles donné à leur engagement ? Comment a-t-il été perçu par la société, en temps de guerre puis après la guerre ? Autrement dit, dans quelle mesure lidentité féminine a-t-elle influé sur les modalités comme sur les représentations de lengagement ? Louvrage propose de découvrir la résistance féminine en léclairant dun double regard : celui de sa répression orchestrée par loccupant et celui des reconnaissances mises en oeuvre à la Libération. Menée à léchelle dun laboratoire privilégié le Nord, rattaché au commandement militaire allemand de Bruxelles , cette étude de la...

Histoire des droites en France (1815-2017)

Histoire des droites en France (1815-2017)

Auteure: Gilles RICHARD ,

Nombre de pages: 636

Deux siècles d'histoire des droites. Depuis le classique de René Rémond, les droites n'avaient pas trouvé leur historien. C'est désormais chose faite grâce à la belle synthèse de Gilles Richard. Couvrant plus de deux siècles d'histoire politique et n'hésitant pas à aborder les enjeux contemporains, l'ouvrage évoque bien entendu les partis et leurs métamorphoses, tout en scrutant les cultures politiques et en pointant les grandes mutations. Depuis 1815, en effet, les temps ont bien changé ! Ce qui faisait clivage au XIXe siècle entre droites et gauches (la République démocratique et laïque) a ainsi laissé place au XXe siècle à un autre clivage : la République qui avait triomphé dans les années 1870-1880 devait-elle être " libérale " comme le souhaitait Jules Ferry, ou bien " sociale " comme le proclama Jean Jaurès ? En ce début de XXIe siècle, tout semble à nouveau remis en cause : tandis que les gauches sont menacées de disparition, les droites sont aujourd'hui hégémoniques. Mais le pluriel s'impose plus que jamais. De fait, les oppositions ne manquent pas, entre tenants du libéralisme et droite nationaliste, ou entre " les mondialistes " et " les ...

La dernière croisade

La dernière croisade

Auteure: François Pugnière ,

Nombre de pages: 184

La guerre de Candie est aujourd’hui bien oubliée. Ce conflit suscita pourtant un intérêt constant dans l’Europe du xviie siècle, tenue en haleine par les péripéties de ce siège interminable qui aboutit, en 1669, à la prise par les Ottomans de la capitale du Regno di Candia (aujourd’hui Héraklion). Des milliers de soldats, gentilshommes, aventuriers, gens sans aveux, combattirent les Turcs sous les bannières de Venise et du Pape, mus par des motivations fort diverses, allant du zèle religieux à la soif de gloire et d’aventure, en passant par la geste nobiliaire, le recrutement forcé ou la simple rapine. Le capitaine Pierre Domenisse (v. 1629-1710) a laissé pour sa part un précieux témoignage des quelques semaines qu’il passa en Crète à l’occasion du « secours » envoyé par Louis XIV aux Vénitiens, durant l’été 1669. La publication de son Mémoire des choses les plus remarquables qui se sont faites au voyage de Candie, plus de trois siècles après, offre l’occasion de se plonger au cœur de ce conflit qui, par bien des aspects, accompagna et consacra les derniers feux du mythe de croisade, si cher à Alphonse Dupront. À travers le regard...

La captivité des prisonniers de guerre

La captivité des prisonniers de guerre

Auteure: Jean-Claude Catherine ,

Nombre de pages: 240

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, dix millions de soldats alliés ont été faits prisonniers par le Reich nazi tandis qu’onze millions de soldats allemands étaient capturés par les Alliés. Malgré l’ampleur de ce phénomène et les nombreux sévices subis par ces prisonniers de guerre (faim, humiliations, déshumanisation, exil...), leur histoire a été longtemps éclipsée par celle des camps de concentration et d’extermination. Cet ouvrage s’inscrit dans une lignée d’efforts faits pour connaître et faire connaître la captivité des prisonniers de guerre, avec ce double objectif d’en perpétuer la mémoire et d’éclairer des aspects particuliers peu étudiés. À travers une démarche comparatiste en Allemagne, en Autriche, en Pologne et en France, il s’efforce de comprendre la dimension européenne des souffrances causées par la captivité de guerre du fait de la Seconde Guerre mondiale. Dans un contexte de « devoir de mémoire », il vise aussi à s’interroger sur la transmission de cette mémoire de la captivité par les témoignages oraux, les œuvres d’art et les initiatives muséographiques. Les études mettent en avant l’intérêt...

Le PSU vu d’en bas

Le PSU vu d’en bas

Auteure: Tudi Kernalegenn ,

Nombre de pages: 376

Voilà un demi-siècle, le 3 avril 1960, naissait le Parti socialiste unifié (PSU), dont les derniers militants prononcèrent la dissolution trente ans plus tard, le 7 avril 1990. Structure partisane éphémère et hétéroclite, traversée par des tendances complexes et éclatées, le PSU a participé à renouveler en profondeur la gauche, au plan idéologique comme dans l’enracinement de ses réseaux militants. Ce parti charnière a oscillé entre l’extrême gauche et la gauche de gouvernement, mêlant milieux laïques et filières catholiques de gauche. Il a aussi été une école de formation pour deux générations de militants de gauche, imprégnées par ce mouvement politique atypique. Lieu de débats et de transferts militants, caractérisé par une grande mobilité interne, le PSU est souvent assimilé dans les recherches universitaires comme dans les mémoires collectives à un laboratoire d’idées, ayant aussi investi le terrain des luttes sociales lors des mobilisations des années 1968. Élaborant des réflexions politiques qui confrontaient des thèmes modernes pour la gauche française, le PSU a occupé une place à part dans le champ politique en raison du...

Les écoles de dessin au XVIIIe siècle

Les écoles de dessin au XVIIIe siècle

Auteure: Agnès Lahalle ,

Nombre de pages: 360

Les écoles de dessin qui se créent au xviiie siècle représentent la première forme d’un enseignement professionnel publique et gratuit. Connues à travers des monographies ou des études locales, elles n’ont jusqu’à ce jour pas fait l’objet d’un travail historique d’ensemble. Le présent ouvrage comble cette lacune. L’auteur rappelle d’abord le contexte économique, social et culturel de ces créations. L’analyse minutieuse de sources nationales, régionales et municipales permet ensuite de préciser les étapes de la mise en place des écoles et leur fonctionnement : financement, équipement des classes, matériel nécessaire aux leçons, mais aussi recrutement et obligations des professeurs et des élèves, contenus et méthodes pédagogiques. Les écoles de dessin intéressent de nombreux métiers qui y trouvent l’apport théorique complémentaire de l’apprentissage pratique acquis auprès d’un maître. Ces nouvelles institutions cependant restent ambiguës, hésitant entre arts mécaniques et arts libéraux. Si elles sont destinées aux ouvriers et artisans, elles s’adressent également aux amateurs d’art et aux artistes, ce que montrent les...

Les partis à l’épreuve de 68

Les partis à l’épreuve de 68

Auteure: Gilles Richard ,

Nombre de pages: 282

Issu du troisième colloque tenu à Rennes (février 2010) sur les partis politiques français depuis la Libération, cet ouvrage s’intéresse aux conséquences de Mai 68 sur le système partisan français dans la séquence chronologique qui va du printemps 1971 à l’automne 1974. Comment gaullistes et communistes, les deux grandes forces politiques des Trente Glorieuses, ont-ils été déconcertés par les « événements », débordés et finalement marginalisés ? Comment, à l’inverse, ceux qui n’étaient jusque-là que « la droite non gaulliste » et « la gauche non communiste », giscardiens et socialistes, ont-ils été capables, avec quelque retard mais une grande efficacité, de « récupérer » le puissant et proliférant mouvement social du moment 68 ? Comment les premiers ont-ils su enrayer les aspects les plus révolutionnaires quant à l’organisation de la société pour imposer durablement le néolibéralisme en France ? Comment les seconds ont-ils su capter à leur profit les aspirations au « changement » pour retrouver le chemin du pouvoir après la longue période de délitement qu’ils avaient connue ? Telles sont les grandes questions auquel...

Sortir de crise

Sortir de crise

Auteure: Jérôme Grévy ,

Nombre de pages: 246

Comment sortir de crise ? Face aux malheurs des temps, cette interrogation tourmente les hommes politiques. Les uns se jettent dans un réformisme éperdu, d’autres attendent avec confiance que les choses s’arrangent d’elles-mêmes, tandis que les Cassandre prédisent des lendemains tout en noir. Des universitaires ont relevé le défi de scruter les mécanismes qui ont permis de sortir de grandes crises politiques du passé – guerre de religion, vacance du gouvernement, terreur, etc. – non pour y chercher des solutions toutes faites mais pour donner à comprendre, en scrutant son issue, ce qu’est une crise. La crise est vécue comme un moment crucial, qui ouvre une période d’incertitude. Ce qui était ne sera plus. Ce qui adviendra est inconnu. C’est pourquoi les hommes vivent ce moment de tension comme un drame et aspirent à retrouver l’état antérieur. Dire la crise constitue la première étape pour en sortir. Regarder lucidement ce qui fait crise permet de discerner, de faire des choix qui seront décisifs. L’action d’hommes décidés, agissant à titre individuel, communautaire ou institutionnel, est toujours essentielle pour mettre fin à une crise. ...

Tanguy Prigent

Tanguy Prigent

Auteure: Christian Bougeard ,

Nombre de pages: 371

C'est en faisant voter à la Libération le statut du fermage et du métayage que Tanguy Prigent est entré dans l'histoire du XXe siècle. Cette biographie retrace l'ascension d'un petit paysan du Trégor finistérien, devenu ministre de l'Agriculture du général de Gaulle en septembre 1944. Authentique paysan, Tanguy Prigent s'affirme comme militant socialiste SFIO et comme militant agricole et coopératif dans les années 1930. À 25 ans, il devient en 1934, le plus jeune conseiller général de France, puis en 1936, le plus jeune député. Combattant en mai-juin 1940, il refuse les pleins pouvoirs au maréchal Pétain et développe immédiatement une opposition légale à la Révolution nationale et à la Corporation paysanne de Vichy. Le maire de Saint-Jean-du-Doigt entre rapidement en résistance en jetant les bases en Bretagne du mouvement Libération-Nord, puis de Résistance paysanne dont il devient un des chefs dans la clandestinité en 1943-1944. Pendant trois ans, de 1944 à 1947, Tanguy Prigent s'efforce au gouvernement, avec bien des difficultés, d'amorcer la reconstruction et la modernisation de l'agriculture française, de faire des réformes sociales, de créer...

Les pêcheurs bretons durant la Seconde Guerre mondiale

Les pêcheurs bretons durant la Seconde Guerre mondiale

Auteure: Jean-Christophe Fichou ,

Nombre de pages: 352

La pêche en mer – toutes les pêches sauf la Grande pêche – perdure pendant la Seconde Guerre mondiale sur le littoral atlantique. Les pêches côtières connaissent même un réel renouveau : la flottille compte plus de bateaux et d’inscrits maritimes en 1943 qu’en 1938. Le conflit n’interrompt pas le nouvel élan amorcé en 1937, bien au contraire ; encouragée par les Allemands et les Vichystes, la pêche se maintient, les pêcheurs apprenant à composer avec les contraintes et les règles, quand ils ne les contournent pas. Longtemps considérée comme une activité secondaire, la pêche acquiert un nouveau statut dans l’économie de guerre alors que « la France a faim ». Dans un premier temps l’activité des saleurs, saurisseurs et conserveurs ne faiblit pas, elle est même d’autant plus protégée que l’Occupant en est le premier bénéficiaire. Mais les deux dernières années de guerre voient une forte diminution de la production halieutique liée aux difficultés d’approvisionnement en carburant et à la réglementation de plus en plus stricte des forces d’Occupation alors que font défaut des éléments essentiels du conditionnement des sardines...

La violence et le judiciaire

La violence et le judiciaire

Auteure: Pascale Quincy-Lefebvre ,

Nombre de pages: 384

La violence dans la plupart des pays européens et en Amérique du Nord est une préoccupation de plus en plus vive : aux yeux de beaucoup, elle met en cause la cohésion de la société. Mais comment la violence a-t-elle été considérée dans le passé ? Bien des pratiques tenues aujourd’hui pour violentes par l’institution judiciaire et par la société ne l’ont pas toujours été. Certaines formes de violence ont même pu bénéficier d’une légitimité sociale. Comment alors le pouvoir judiciaire a-t-il réagi ? S’est-il opposé à la violence, au risque d’entretenir une distance avec la société, ou bien a-t-il choisi d’ignorer des formes de violence pourtant illégales ? Comment considérer la violence que l’institution judiciaire a elle-même sécrétée ? Depuis le xixe siècle, des problèmes inédits ont surgi : les frontières de la violence se sont déplacées. De nouvelles violences ont été prises en compte par l’institution judiciaire : violences sur les enfants, violences conjugales, violences liées au monde du travail, violences scolaires... Les manières de l’appréhender ont aussi évolué : on a vu émerger la notion de victime, qui...

Noblesse et pauvreté

Noblesse et pauvreté

Auteure: Michel Nassiet ,

Nombre de pages: 538

Noblesse et pauvreté met en évidence le paradoxe de l’existence en Bretagne d’une noblesse pauvre à l’intérieur d’un ordre privilégié et analyse l’appauvrissement des lignes cadettes, dû essentiellement au partage noble. Les activités pourtant très diverses exercées par beaucoup de petits nobles (soldats et marchands de fil, agriculteurs et notaires, officiers de juridiction et taverniers...) ne leur permirent pas d’enrayer ce phénomène. Par ailleurs, à la chute massive des nobles dans le tiers état aux XVIe et XVIIe siècles s’oppose à la fin du XVIIe et au XVIIIe siècle leur volonté vigoureuse de conserver leur statut de membre du second ordre. Michel Nassiet propose des méthodes novatrices, notamment graphiques, qui intéresseront historiens et généalogistes. Utilisant systématiquement des généalogies descendantes, il a procédé à la reconstitution précise de douze lignages enracinés dans le triangle Rennes-Saint-Malo-Saint-Brieuc. Il étudie leurs comportements fondamentaux face à la vie : nuptialité et fécondité, et face aux changements extérieurs : prix et fiscalité.

Les Français sous Vichy et l'Occupation

Les Français sous Vichy et l'Occupation

Auteure: Pierre Laborie ,

Nombre de pages: 72

L’histoire à travers une collection d’ouvrages de référence richement illustrés et couvrant une multitude de sujets. Pour mieux comprendre le monde qui nous entoure, celui d’hier et d’aujourd’hui.

La Résistance, une histoire sociale

La Résistance, une histoire sociale

Auteure: Collectif ,

Nombre de pages: 256

Au moment où la Résistance suscite de nombreux débats mêlant acteurs et historiens, explorer l’histoire sociale de ce mouvement devient nécessaire. Cet ouvrage, par le croisement de travaux nombreux et solides, à partir d’une problématique originale, permet, d’une part, d’analyser les résistants en tant que groupe social et, d’autre part, de cerner l’impact de la Résistance sur la société française. Si de toute évidence, la Résistance, dans chacune de ses composantes, ne correspond pas à l’image de la nation, une sociologie des groupes résistants affine le tableau : pourquoi, quand et comment entre-t-on en Résistance ? La différence entre réseaux, mouvement et maquis est-elle d’ordre social ? Y a-t-il eu, par vagues successives, des promotions de résistants ? Ce regard conduit à observer la Résistance dans son fonctionnement interne : qu’est-ce qu’une démocratie dans la clandestinité ? Comment se gèrent et s’organisent ces micro-sociétés ? Peut-on y déceler la matrice d’une, nouvelle organisation sociale ? L’approche sous l’angle des groupes professionnels est également riche d’enseignements : l’attitude des médecins,...



X
FERMER