Recherche d'ebooks...

Liste des livres et Ebooks trouvés
Nous avons trouvé un total de 17 livres trouvés pour votre recherche. Téléchargez les ebooks et profitez-en !
Lumière(s)

Lumière(s)

Auteure: Isabelle Bouvrande , Benoît Carré , Delphine Chambon , Matthieu de Oliveira , Marie-Laure Delaporte , Angel Delrez , Erika Dupont , Tess Grousson , Kasia Ozga , Loreline Pelletier , Eva Pervolovici , Hélène Routier , Kevin Troch , Astrid Van Assche , François Wallerich ,

Nombre de pages: 120

Élément fondamental de notre univers, phénomène physique, marqueur du temps et des saisons, critère esthétique... la « lumière » a été déclarée thématique de l’année 2015 par les Nations-Unies. Se saisissant de cette occasion, les doctorants de l’IRHiS – laboratoire de recherche regroupant historiens et historiens de l’art – ont entrepris d’organiser une journée d’études sur cette thématique qui constitue rarement un champ de recherches propre aux sciences humaines. Ces deux journées, organisées à l’initiative des doctorants et destinées principalement aux jeunes chercheurs, nous ont ainsi permis de réfléchir ensemble à la notion de « lumière » et à l’intérêt porté à cette dernière dans diverses disciplines des sciences humaines et sociales : on la trouve en effet en filigrane en philosophie, dans la littérature, en histoire ou encore en histoire de l’art.

Renaissance sauvage

Renaissance sauvage

Auteure: Guillaume Logé ,

Une Renaissance est amorcée. Elle apparaît comme une réponse aux problématiques environnementales, sociétales et éthiques brûlantes qui posent à notre époque la question de la survie de l’espèce humaine. Artistique, philosophique, politique, elle prend acte des révolutions scientifiques des dernières décennies et se positionne face aux promesses technoscientifiques et transhumanistes. La Renaissance sauvage répond à l’urgence des problématiques environnementales et sociétales actuelles, et aux aspirations de plus en plus fortes à l’adoption de nouveaux modes de vie sur Terre. L’homme ne se comporte plus en maître et possesseur, imposant ses volontés à une nature passive et sans finalité. Il se met à l’écoute d’un nouveau partenaire : le monde qui l’entoure. Il découvre le potentiel de ses forces, le sollicite, s’y implique et les conjugue avec les siennes. Une nouvelle ère se dessine, rendant l’homme à sa dignité « sauvage » et donnant sens, joie et ambition à son existence. L’art d’aujourd’hui sert d’esquisse à ce nouveau projet de société.

Les États du dialogue à l’âge de l’humanisme

Les États du dialogue à l’âge de l’humanisme

Auteure: Emmanuel Buron ,

Nombre de pages: 541

Durant la Renaissance, le dialogue est partout, dans tous les champs du savoir et de l'expression « littéraire » comme dans tous les pays d'Europe. Ses formes sont d'une déconcertante diversité, s'adaptant et se déployant selon des temporalités elles-mêmes très variables. L'on pourrait s'amuser à dire, en partant du constat qu'il faut attendre le dernier tiers du XVIe siècle pour voir apparaître ses premières théorisations (Carlo Sigonio, Sperone Speroni, Torquato Tasso), que, pendant longtemps, s'il est partout, le dialogue n'est à proprement parler nulle part : il reste sans territoire défini, ni même sans doute définissable, dans l'univers des genres de l'écrit et a fortiori dans ses relevés cartographiques. Sans territoire circonscrit au sens propre non plus, puisque né dans sa forme « moderne » en Italie (avec Pétrarque comme initiateur), mais en un âge que caractérisent la densité et la continuité des échanges entre lettrés de différentes « nations », il semble étendre inexorablement et durablement son aire d'extension. Absolument et définitivement sans territoire ? L'observateur attentif pourra cependant distinguer des « couleurs locales...

La forme de la ville

La forme de la ville

Auteure: Stéphane Bourdin ,

Nombre de pages: 504

La forme de la ville peut être appréhendée à travers sa dimension concrète, urbanistique, mais également à travers les discours, les représentations et les récits d'expériences vécues. Les études réunies dans cet ouvrage visent à interroger cette notion par une approche volontairement transdisciplinaire, qui met en perspective les acquis de l'histoire, de l'histoire de l'art, de l'archéologie, de la littérature comparée, de la protohistoire à la Renaissance. De l'individuel à l'analyse urbaine ou régionale, ce jeu d'échelle, appliqué à des situations variées, de l'Inde et du Nord-Est iranien à la Libye en passant par les villes de la Méditerranée antique et de l'Occident médiéval au Paris de la Renaissance, permet de comprendre les multiples façons dont la forme de la ville a été pensée et a pu constituer un enjeu identitaire, en même temps que la traduction concrète d'une idéologie ou d'un pouvoir politique. La ville, et sa représentation, possèdent également une dimension morale, archétypale, qui transparaît notamment dans les réminiscences livresques attachées à la description de telle ou telle. La forme de la ville se fait enfin...

Un seul corps

Un seul corps

Auteure: Amélie Bernazzani ,

Nombre de pages: 249

Beauté, jeunesse, blondeur, clarté du teint, émotivité, amour du Christ. Dans la peinture de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance, ils partagent ces quelques points communs et de nombreux autres. Parfois, ils se ressemblent même jusqu'à la confusion. Pourtant, ils sont trois personnages bien distincts de l'histoire sainte. Deux se conjuguent au féminin. L'une est la Vierge Marie, la plus parfaite d'entres toutes. L'autre est Marie Madeleine, l'incarnation de la pénitence. Le troisième est un homme, celui que Jésus aimait : Jean. On connaît l'androgynie de l'apôtre dans la fameuse Cène de Léonard de Vinci pour le couvent milanais Santa Maria delle Grazie (1494-1498) : les longs cheveux, les doigts délicats ont fait dire - à tort - à quelques uns qu'il s'agissait d'une femme, sans doute de Madeleine. Il ne peut pas en être ainsi. De toutes façons, même quand les deux personnages sont présents dans l'image, cette ressemblance est récurrente. Mieux encore, elle s'élargit à la Vierge Marie. Comment, dès lors expliquer les répétitions visuelles (posture, couleur, expression faciale...) qui unissent ces personnages et qui viennent contredire l'exigence de...

Celle qui pleurait sous l'eau

Celle qui pleurait sous l'eau

Auteure: Niko Tackian ,

Nombre de pages: 270

UNE NOUVELLE ENQUÊTE DE TOMAR KHAN, UN ROMAN POIGNANT ET PERCUTANT Si Clara n'avait pas aimé cet homme, elle serait toujours en vie. Aujourd’hui, Clara n’est plus qu’un dossier sur le bureau de Tomar Khan. On vient de la retrouver morte, flottant dans le magnifique bassin Art Déco d’une piscine parisienne. Le suicide paraît évident. Tomar est prêt à fermer le dossier, d’autant qu’il est très préoccupé par une enquête qui le concerne et se resserre autour de lui. Mais Rhonda,son adjointe, peut comprendre pourquoi une jeune femme aussi lumineuse et passionnée en est venue à mettre fin à ses jours. Elle sent une présence derrière ce geste. Pas après pas, Rhonda va remonter jusqu’à la source de la souffrance de Clara. Il lui faudra beaucoup de ténacité – et l’appui de Tomar – pour venir à bout de cette enquête bouleversante. Qui rendra justice à celle qui pleurait sous l'eau?

Ephémérides du Valois

Ephémérides du Valois

Auteure: Émile Coët ,

Nombre de pages: 331

Le Valois, situé dans l’ancienne province de l’Ile-de-France, avait pour capitale, Crépy ; il fut érigé en duché en 1402, et comprenait six châtellenies. Les communes composant ces châtellenies font aujourd’hui partie des départements de l’Oise et de l’Aisne. Ce sont les faits historiques qui se sont passés dans le Valois que nous avons réunis et disposés par ordre chronologique. Ainsi présentés, nous espérons qu’ils intéresseront les amateurs d’histoire locale. Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

L'Hypothèse d'Oxford

L'Hypothèse d'Oxford

Auteure: Dominique Raynaud ,

Nombre de pages: 416

L'étude de la perspective a souffert d'un a priori dommageable : celui qui consiste à en faire un système culturel inventé à la Renaissance, coupé de ses sources médiévales. Cette étude défend la thèse d'un courant de diffusion qui va de l'optique élaboré

Catherine de Sienne

Catherine de Sienne

Auteure: Andre Vauchez ,

Nombre de pages: 187

Catherine de Sienne (1347-1380) compte parmi les saintes mais aussi les Docteurs de l'Église. L'histoire retient qu'elle fut, au coeur de l'Europe médiévale, une femme pleine d'audace, tout à la fois mystique et engagée, ayant consumé son existence à inte

L'Effet Pygmalion : Pour une anthropologie historique des simulacres

L'Effet Pygmalion : Pour une anthropologie historique des simulacres

Auteure: Victor I. Stoichita ,

Nombre de pages: 320

L’Effet Pygmalion procède d’une incursion dans l’immense fortune littéraire, visuelle, audiovisuelle enfin, du mythe fondateur de la première histoire de simulacres consignée par la culture occidentale. La légende raconte qu’un sculpteur chypriote tombe amoureux de l’œuvre qu’il façonne; dans un élan de magnanimité, les dieux décident de l’animer. Devenue, par la volonté divine, femme et épouse de son créateur, cette dernière reste néanmoins un artefact qui, s’il est doué d’âme et de corps, n’en demeure pas moins un fantasme. Un simulacre, précisément. Artifice privé de modèle, le simulacre ne copie pas un objet réel, il s’y projette plutôt et l’escamote, il existe en soi. Ne procédant pas de la copie d’un modèle, n’étant nullement fondé sur la ressemblance, le simulacre transgresse la mimésis qui domine la pensée artistique. Ambitieux, l’ouvrage ne se satisfait pas d’une approche interdisciplinaire. Ainsi définit-il son objet critique non par une succession de témoignages artistiques ou littéraires, mais par la conception même de la représentation, le statut du modèle et de la copie. En ce sens, si un texte...

Les deux Guidi Guinizzelli et Cavalcanti

Les deux Guidi Guinizzelli et Cavalcanti

Auteure: Marina Gagliano ,

Nombre de pages: 268

Ce volume est le fruit d’un colloque organisé en février 2016 à la Sorbonne Nouvelle par le CERLIM. L’enjeu premier était d’offrir un état de la réflexion sur Guido Guinizzelli et Guido Cavalcanti, les deux poètes du XIIIe siècle au programme de l’agrégation d’italien en 2016 et 2017. Réunir la plupart des meilleurs spécialistes fournissait dès lors l’occasion de prendre connaissance des dernières avancées interprétatives en la matière. Le résultat est donc un ouvrage à la fois pédagogique et novateur qui, attentif aux contextes qui ont vu naître nos deux auteurs, cherche à examiner chacun d’eux pour lui-même tout en tâchant de mieux cerner la nature de leurs rapports. C’est un livre au sens propre, où circulent les voix d’un intense dialogue, parfois contradictoire, notamment en ce qui concerne le second Guido. Cela ne veut pas dire que le dernier mot soit dit. L’extraordinaire richesse et problématicité de la poésie cavalcantienne est un défi pour l’interprétation et continuera de solliciter la sagacité des herméneutes. La poésie du premier Guido reste elle aussi pleine de secrets à percer, notamment pour ce qui est de son...

Paul Natorp et la théorie platonicienne des Idées

Paul Natorp et la théorie platonicienne des Idées

Auteure: Julien Servois ,

Nombre de pages: 224

Cette étude porte sur la Platos Ideenlehre, la grande monographie que Natorp – l’un des principaux représentants avec H. Cohen et E. Cassirer de l’École de Marbourg – consacra en 1903 à Platon. Toute la difficulté (et tout l’intérêt) de cette monographie tient à l’ambiguïté de la stratégie interprétative adoptée par son auteur : la théorie des Idées est certes conçue comme l’origine historique de la méthode transcendantale établie par Kant dans la première Critique, mais la lecture que Natorp propose du texte platonicien est surtout pour lui l’occasion d’élaborer une conception originale de l’idéalisme critique qui se démarque sur certains points fondamentaux de la lettre kantienne. En ce sens, la lecture des Dialogues consiste moins à repérer les prémisses d’une doctrine constituée en dehors d’eux qu’à résoudre les deux problèmes majeurs de tout idéalisme véritable. Premièrement, comment concevoir l’articulation entre la discursivité logique et la réceptivité sensible sans mettre cette dernière au compte d’une faculté radicalement étrangère à la pensée ? Platon est précisément aux yeux de Natorp celui qui...

Conseils et conseillers dans l’Europe de la Renaissance

Conseils et conseillers dans l’Europe de la Renaissance

Auteure: Cédric Michon ,

Nombre de pages: 467

À la fin du Moyen Âge on observe un peu partout en Europe un phénomène de démembrement de la curia principis au cours duquel l'informel Conseil du prince s'institutionnalise lentement. On passe ainsi en plusieurs siècles d'un entourage de conseillers à l'institution d'un Conseil doté d'une certaine permanence dans sa structure et sa composition. Ce Conseil est l'organe qui gouverne et constitue un point de contact entre le prince et ses élites, le centre et les périphéries, la théorie et la pratique du gouvernement. Dans le contexte du développement des Cours et de l'affirmation d'un État de plus en plus élaboré et puissant autour de la figure du prince, le Conseil est l'une des rares composantes des processus en cours qui permette d'aborder aussi bien les dynamiques bureaucratique que domestique et féodale qui interviennent dans la mise en place de l'État moderne. Plus qu'aucune des autres institutions centrales (chancelleries, parlements, cours de justice, chambres des comptes, etc.) en effet, le Conseil est celle qui, en même temps qu'elle participe au renforcement et à la centralisation de l'État, affirme avec force la dimension personnelle du pouvoir du...

Le duc de Mercœur

Le duc de Mercœur

Auteure: Emmanuel Buron ,

Nombre de pages: 360

Ce volume propose une enquête sur la fonction de la culture littéraire dans les pratiques et dans la représentation d’un grand seigneur à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècles. Philippe-Emmanuel de Lorraine, duc de Mercœur, a été le beau-frère d’Henri III, mais il rejoint la Ligue dans la dernière phase des guerres de religion : dans sa province bretonne, il mène le combat contre les armées royales, et il sera le dernier des ligueurs à se rallier à Henri IV. C’est en partie pour occulter ce passé de rebelle qu’après sa mort, survenue quelques années plus tard, ses thuriféraires élaborent le portrait d’un gentilhomme cultivé, possesseur d’une énorme bibliothèque et protecteur des lettrés. Il s’agit toutefois de faire la part de l’idéalisation dans cette construction rétrospective, et d’interroger la place effective qu’ont occupée les lettres dans cette vie largement consacrée aux armes. Cet ouvrage réunit des contributions d’historiens et de littéraires, qui analysent d’abord la carrière, les ambitions et les moyens politiques et militaires du duc, puis la réalité de la protection qu’il a accordée aux lettrés, la...

Châteaux et modes de vie au temps des ducs de Bretagne

Châteaux et modes de vie au temps des ducs de Bretagne

Auteure: Gérard Danet ,

Nombre de pages: 374

Fortifié et militaire, à l'image de la féodalité dont il est volontiers le reflet, le château est aussi une demeure de plaisance, une résidence aux champs, où la noblesse, quittant les villes parfois surpeuplées, trouvait un repos souhaité, des espaces propices aux jeux et aux amusements. Cette fonction domaniale, résidentielle, récréative, est confortée, à l'aube de la Renaissance, par une croyance émergente selon laquelle l'air de la campagne, investi de vertus prophylactiques, est meilleur que celui, vicié, de la ville. Vivre au château participe des modes d'être et de paraître dans le cadre d'espaces aménagés selon des critères variés : fonctionnalité, confort, mais aussi cérémonial, dans le cadre de bâtiments et de pièces d'époques et de natures souvent diverses. Tours maîtresses ou corps de logis des châteaux, manoirs ou simples maisons des champs, ces demeures aristocratiques rurales bénéficient, dans les dernières décennies du Moyen Âge, d'une adaptation aux fonctions qui sont les leurs. Le château est enfin le lieu d'un riche décor, qui concerne aussi bien les murs (faux appareils, plafonds décorés, peintures historiées, tentures...

Les Guise et leur paraître

Les Guise et leur paraître

Auteure: Marjorie Meiss-Even ,

Nombre de pages: 346

Quel visiteur de Chambord ou de Chenonceau ne s’est pas imaginé un instant en gentilhomme ou en noble dame de la cour des Valois, paradant en esprit dans son habit de soie et nourrissant le secret espoir de croiser la princesse de Montpensier au détour d’une salle ? Pourtant, les vitrines des musées comme les films historiques nous ont rendu faussement familiers les objets que manipulaient les élites de la Renaissance : nous en connaissons l’aspect, mais leur dimension culturelle et sociale nous reste profondément étrangère. Recontextualiser les objets du passé est la seule façon de déjouer leur puissance de fascination. L’ambition de ce livre est de plonger le lecteur dans la culture matérielle de la noblesse du XVIe siècle en prenant comme point d’observation la puissante maison de Guise. Que possédait une grande famille française de la Renaissance ? Quels enjeux sociaux, politiques, économiques sous-tendaient la consommation d’une maison ducale ? Comment les Guise se procuraient-ils les biens nécessaires pour tenir leur rang ? Qui définissait ce qui était digne d’appartenir à un duc et pair de France ? Derrière la splendeur des velours de...

Les années d’apprentissage philosophique

Les années d’apprentissage philosophique

Auteure: Novalis ,

Nombre de pages: 248

L’importance de Friedrich von Hardenberg alias « Novalis » (1772-1801) dans l’histoire de la littérature allemande et européenne est bien connue. En revanche, on ignore encore trop souvent que le poète romantique fût également philosophe. Lecteur passionné et subversif des grands penseurs de son temps (Kant, Fichte, Schelling, Reinhold, Jacobi, Schiller), Novalis se livre dans les Études fichtéennes (jamais parues de son vivant) à une interrogation de fond sur la philosophie transcendantale élaborée par ses maîtres, et en particulier par Kant et Fichte. D’une extraordinaire puissance spéculative, d’une précocité inouïe (l’auteur est un jeune homme de vingt-trois ans), Novalis fait se succéder à une vitesse vertigineuse, dans ces carnets totalisant 667 fragments, autant d’intuitions fulgurantes, de mécompréhensions et de transformations conceptuelles délibérées qui restent toutes à interpréter. La question essentielle de ces pages se présente rapidement comme celle de la manifestation. C’est plus précisément le thème de l’imagination, et par suite de l’image ou de l’apparence de l’être, c’est-à-dire de la perspective, qui se...



X
FERMER